ILS COURENT LES BÉNÉVOLES ESPAGNOLS…

Les personnes qui découvrent les galgos, les adoptants, ont parfois du mal à comprendre le danger d’une fuite d’un galgo ou d’un podenco.

Il est difficile effectivement de croire que le chien confortablement endormi dans le canapé peut devenir méconnaissable dehors, en fuite.

 

Un grand nombre de galgos et de podencos ont connu l’errance avant d’arriver dans les refuges.

Cette errance est synonyme de tous les dangers.

Les chiens plongent alors dans une sorte d’instinct de survie et la bulle qui se forme peut devenir très difficile à pénétrer !!

 

Les espagnols connaissent ce problème.

Ils mettent parfois tellement de temps à sauver un chien errant, qu’on se doit de connaître et de comprendre la psychologie des galgos et des podencos à ce sujet.

 

On n’est jamais trop prudent ! Quand le chien fugue il est trop tard, on ne sait jamais comment la fuite va se terminer.

Donc les consignes de sécurité doivent être prises au sérieux. L’excès de confiance est l’ennemi de l’adoptant de galgo ou de podenco.

 

Un exemple parmi tant d’autres : la petite Eli.

 

Eli est une galga bringée apparue un jour dans une zone artisanale. D’où vient-elle ? Qu’a-t-elle vécu ?? Personne ne le sait.

Quand elle a été détectée, un bénévole a essayé de la fidéliser en lui donnant à manger puis en essayant de la capturer. Mais à chaque essai, la puce fuyait.

Une fois même, acculée, elle a sauté au-dessus du bénévole pour recouvrer la liberté !!

Les bénévoles étaient alors désabusés et découragés.

En dernier espoir, ils ont fait appel à une autre asso espagnole habituée à ce genre de capture. Ils ont posé une cage et ont disposé de la nourriture à l’intérieur.

Au grand étonnement de tout le monde, Eli est rentrée dans la cage très rapidement !

La porte a pu être fermée. Eli avait enfin rendu les armes.

 

Ils ont beaucoup couru les bénévoles, ils ont laissé beaucoup de forces mais pour un formidable résultat.

Eli est désormais en sécurité au refuge, mais il faut du temps pour qu’elle redescende en pression, qu’elle devienne plus sereine et moins méfiante.

Une vie de galère ne s’oublie pas en quelques jours !

 

Bravo encore à tous les bénévoles espagnols pour leur travail et leur abnégation.

Nous, en France, nous nous devons de respecter le travail réalisé par les bénévoles espagnols.

Pour cela on doit comprendre que les consignes de sécurité ne sont pas vaines : elles servent à protéger le chien en montrant qu’on a compris que la vie passée des galgos et des podencos conditionnent leurs réactions en extérieur !

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0