mer.

22

mars

2017

N’AYEZ PAS PEUR DE CE QUE VOUS NE COMPRENEZ PAS

Nous vivons dans une société de plus en plus coupée de la nature qui nous entoure, une société dans laquelle tout doit fonctionner selon nos critères, nos envies.

Tout ce qui ne va pas dans ce sens est considéré comme un obstacle, une gêne dont on doit se débarrasser.

 

Nos chiens sont trop souvent, à notre goût, soumis aux mêmes critères : la perfection qu’on exige d’eux mais pas de soi même !!

Cette perfection que certains fixent avec tant de certitudes, cette perfection qui nie totalement la sensibilité de l’être vivant qui va rentrer dans leur famille.

 

Devant cette négation de la nature sensible du chien, se dresse alors un mur d’incompréhension: nous comprenons de moins en moins ce qu’ils veulent nous dire.

Et quand on ne veut pas chercher à comprendre, on voit tout selon nos yeux d’être humain et on prend peur de ce que l’on ne connaît pas.

 

Au final ce cercle vicieux aboutit à l’abandon de l’animal  qui est, dans ces cas-là, toujours coupable…

NEXT
NEXT

 

C’est un triste constat que nous faisons trop souvent ces derniers temps.

 Heureusement certains adoptants prennent le temps de comprendre leur animal et nous rendent heureux et fiers de ce que l’on fait ; quant aux autres, il y a quelques détails à revoir…

 

Un chien est un être vivant avec son langage, ses émotions et sa façon de les exprimer. Un chien grogne, montre les dents, montre des signaux d’apaisement quand il est mal à l’aise. Et un chien a le droit d’être mal à l’aise !!

 

Un chien qui grogne quand il ne va pas bien est un chien qui communique et qui prévient !! Il gradue ses signaux.

C’est quand on le place dans une impasse dont il ne voit aucune issue que la morsure survient.

Mais dans la plupart des cas si on savait mieux observer nos chiens  et si on les écoutait davantage, on ne les pousserait pas dans leurs retranchements !

 

Un chien a besoin de comprendre le cadre dans lequel il va vivre.

Un foyer sans limites claires n’est pas rassurant pour lui.

Alors il va tenter des choses et, en fonction de nos réactions, va tisser le cadre dans lequel il vit.

C’est comme un enfant qui cherche ses limites. On ne fiche pas dehors un enfant parce qu’il a été provoquant ou a essayé de voir jusqu’où on pouvait aller.

 

Le chien a le droit de tester et de voir.

À nous de réagir dans le calme et de lui faire comprendre de façon positive où sont les limites que nous avons fixées.

HUESCO
HUESCO

 

Ce n’est pas au chien de s’habituer à nous, ce n’est pas à la famille de s’habituer au chien, c’est un chemin qui doit être fait à deux dans une compréhension mutuelle, chacun se faisant une place dans le monde de l’autre.

Cela demande un peu de temps, de la compréhension, mais quand on aime son animal on a juste envie d’avancer et de réussir son adoption.

On doit aussi être humble, accepter qu’on ne connaisse pas tout et se faire aider par un bon professionnel quand on ne comprend pas.

 

Si on possède cette ouverture d’esprit, cette notion d’engagement dans l’adoption, alors les moments plus compliqués seront juste une étape et pas un obstacle.

Et on en ressort tellement plus riche !!

Plus riche car on devient capable de comprendre ou tout du moins de rentrer dans un monde et le langage d’un autre être vivant.

Et quand on apprend à comprendre, on n’a plus peur, on avance et on vit davantage en harmonie !!!

AZAFATA
AZAFATA

 

Ce n’est pas le monde des bisounours qu’on souhaite vous décrire, mais juste le monde dans lequel vivent nos adoptants qui ont vraiment pris la notion de ce qu’est une adoption, qui respectent profondément la vie qu’ils ont accueillie, au point de se mettre à apprendre, à parler son langage.

Ils ont accepté de mettre leurs sentiments de côté pour voir celui de leur nouveau compagnon !

Écrire commentaire

Commentaires : 0